France 2 – Complément d’enquête : « Attentats : peut-on éviter la psychose ? »

France 2 – Complément d’enquête : « Attentats : peut-on éviter la psychose ? »

Voir la vidéo sur le site francetvinfo.fr

Délit de propagande

A Béziers, il tenait un restaurant kebab un peu particulier : menu « AK47 », menus “Grenade”, “Kalach” ou “Calibre 12”. Jugé en comparution immédiate pour « apologie du terrorisme », le suspect plaide l’humour et la provocation, mais les policiers ont retrouvé chez lui des armes et des vidéos compromettantes. Aujourd’hui, il est en prison, comme cet autre homme jugé pour avoir crié « Daech ! » dans les rues de Mende, en Lozère, un soir d’ivresse.
Une enquête de Raphaële Schapira, Jean-Marc Nouk-Nouk et Alice Panouillot, suivie d’un entretien avec Thibault de Montbrial, avocat et spécialiste des questions de terrorisme.


 

« Le pire est à venir ! » Le cri d’alarme de Marc Trévidic fait froid dans le dos. Le célèbre ex-juge antiterroriste en est certain : Daech va bientôt frapper la France, la menace est imminente. Plan Vigipirate, opération Sentinelle, nouvelle loi sur le renseignement… un arsenal toujours plus puissant est mis en place, on apprend que des projets d’attentat ont été déjoués – une dizaine en moins d’un an… Comment résister à la psychose ? C’est le thème de « Complément d’enquête » du 15 octobre 2015.

Cet été, trois jeunes auraient eu l’intention de décapiter un gradé militaire au nom d’Allah. Comment ces projets sont-ils détectés et neutralisés ? A quel moment intervenir pour empêcher le passage à l’acte ? Peut-on punir une « simple » intention criminelle ?

Depuis la loi antiterroristela justice se fait plus sévère : jeunes radicalisés, provocateurs du web, ou même personnes en état d’ivresse qui insultent la police au nom de Daech, la liste des condamnés pour « apologie du terrorisme » s’allonge sans cesse. Certains écopent de peines de prison ferme. Des voix se lèvent pour dénoncer des abus dans l’application de cette nouvelle loi.

Alors, voit-on des terroristes partout ? Y compris chez les migrants ? Une idée folle, un fantasme qui nourrit la psychose, notamment en Hongrie, où le discours anti-islam trouve un écho auprès de la population.

 Au sommaire de ce « Complément d’enquête »

Les attentats déjoués

Qui se cache derrière le projet d’attentat de cet été ? Trois jeunes Français à peine majeurs, aujourd’hui incarcérés, qui auraient planifié la décapitation d’un haut gradé militaire. La nouvelle a provoqué l’émoi de la classe politique, mais les avocats et quelques députés jugent que cette affaire relève avant tout du « fantasme ».
Une enquête de Tristan Waleckx, Romain Boutilly, Vincent Gobert et Olivier Broutin, suivie d’un entretien avec Valérie de Boisrolin, mère d’une jeune fille partie en Syrie.

Délit de propagande (Voir le détail ci-dessus)

Entretien avec Thibault de Montbrial, avocat et spécialiste des questions de terrorisme.

La parano hongroise

Le 8 septembre, la télévision hongroise révélait que les services secrets hongrois avaient déjà identifié deux terroristes arabes arrivés en Europe dans le flot des migrants. Info ou intox ? Reportage dans le pays d’Europe le plus hostile aux migrants, une nation qui n’hésite pas à assimiler islam et terrorisme.
Un reportage de Jean-Karl Lambert, Raphaëlle Duroselle et Xavier Puypéroux, suivi d’un entretien avec Tristan Nitot, membre du collectif « Ni pigeons ni espions » et du Conseil national du numérique. 

Tweet about this on TwitterShare on LinkedInShare on FacebookShare on Google+email hidden; JavaScript is required